Pourquoi Kingdom est-il le meilleur des mangas ?

Salut les Rêveurs !

 

Si vous n’êtes pas amateurs de mangas, vous passerez sûrement votre chemin. Bien que ce serait dommage, cela dit : car celui dont je vais vous parler n’est pas n’importe quel manga. Il s’agit là d’une une véritable pépite, le must du must en ce qui concerne le genre ! LE chef-d’œuvre parmi les rares chefs-d’œuvre 🙂

 

Si toutefois vous êtes curieux à l’idée d’en savoir plus, restez parmi nous et lisez ce qui va suivre. Je vous garantis qu’il en vaut largement le coup d’œil. Et pour ceux qui sont gourmands de cet art japonais (ou qui connaissent déjà le manga concerné), je crois que je n’ai pas besoin de vous convaincre. Allons-y !

 

PS : Attention… Le texte qui va suivre est déconseillé aux âmes sensibles, aux habitués des shōnen indigestes, à ceux qui ne savent pas apprécier un bon scénario, à ceux qui voient des couples à tous les coins de page et cherchent désespérément des romances là où elles n’ont pas lieu d’être, ainsi qu’aux allergiques à l’Histoire ou à la Chine (pourquoi pas hein.. mais vous ratez quelque chose) ! ET NATURELLEMENT, AFIN DE NE PAS VOUS GÂCHER LE PLAISIR, IL NE CONTIENT AUCUN SPOILER !!

 


 

 

Pourquoi Kingdom est-il le meilleur des mangas ?

 

 

Et bien, pour commencer… Je vous le demande : pouvait-on réellement faire plus simple et à la fois plus badass que Kingdom ?! Question rhétorique bien sûr, personne ne me contredira là-dessus.

Mon avis est forcément très subjectif mais je vais essayer de vous épargner mon côté « fanboy » (je peux être une vraie groupie parfois). Il n’est peut-être pas le moins du monde objectif d’ailleurs, et ce ne serait pas si étonnant, MAIS ! Mais, mais, mais… Je pense pouvoir parler au nom de toutes les groupies, de toute la communauté qui s’est formée autour de ce phénomène désormais planétaire – car ne vous y trompez pas, C’EST un phénomène – et vous en dire le plus grand bien.

L’un des mangas qui a explosé au Japon ces dernières années, et qui secoue aujourd’hui l’âme et le cœur de nombreux lecteurs en France, telle une guandao découpant le corps d’un soldat en deux (en voilà une raison suffisante = il faut s’y mettre pour comprendre 😀 ), Kingdom est d’ores et déjà un classique, qu’au moins tout bon passionné devrait connaître. Kingdom, c’est comme cette unique barre de chocolat, vous savez… Celle qu’on ne s’autorise que lorsque le week-end est enfin arrivé et que l’on sait d’avance que l’on va pleinement la savourer (référence au passage aux scans que l’on attend avec impatience chaque semaine) ; parce que l’on sait également qu’elle aura toujours ce goût si délicieux, si parfait qu’on en reprendrait encore, encore et encore ! C’est un peu ça, Kingdom.

 

Je vous vois venir d’ici : « Oui mais sinon… Qu’est-ce qui fait que ce manga est le meilleur, selon toi ? Comment tu l’expliques ? » Ne vous inquiétez pas, je vais y répondre. Je ne sais juste pas comment y répondre le plus simplement possible, ces satanés mots m’embrouillent l’esprit et ne veulent pas sortir !

 

Ah.. Mais au fait ! Ça raconte quoi, Kingdom ? Question pertinente, petit scarabée ! Très pertinente même. Alors… Pour faire court, c’est l’histoire romancée de deux orphelins au temps de la Chine antique. C’est tout ? Merci, au revoir ? Nooooon, loin de là. Oubliez les résumés et autres synopsis que l’on peut trouver un peu partout sur le net, vous n’y apprendrez rien, zéro, nada, sur l’œuvre en elle-même.

Si on entre dans les détails, et nous on aime les détails, on sent que cela devient tout de suite plus intéressant : Kingdom nous dépeint les aventures de jeunes hommes (il y a des femmes aussi, sacrément badass d’ailleurs) confrontés aux fluctuations et aux changements de leur époque, depuis longtemps marquée par les horreurs de la guerre. En fait, pour être plus précis, les événements qui y sont traités se déroulent au cours d’une fameuse période de l’Histoire de la Chine, connue sous le nom évocateur des « Royaumes combattants » ! Ces royaumes sont au nombre de sept et chacun d’entre eux cherche à étendre sa domination, vous l’aurez deviné, au détriment des autres. Une valse mortelle qui dure, apprend-t-on dès le début du manga, depuis 500 ans… Autant dire une éternité à l’échelle humaine !

Kingdom nous invite donc à suivre l’évolution de nos deux héros principaux, dont l’intrigue et le destin sont évidemment extrêmement liés : le premier, Shin, n’est à la base qu’un vulgaire orphelin de guerre (un thème omniprésent et plus que nécessaire au récit) qui rêve de devenir un « Grand Général sous les Cieux » . Le second, Sei, s’avère être l’héritier du trône de Qin (l’État d’où sont originaires les protagonistes et celui qui se trouve alors le plus à l’ouest) et, lui, ne rêve que d’une chose… Unifier les différents pays en une seule et solide nation, dont il assurera logiquement la souveraineté. Et on comprend mieux son grand projet quand on sait QUI il est un jour amené à devenir (ce n’est pas un spoil en théorie, mais il faut considérer le fait que certains n’aient pas envie de déchirer le voile qui sépare la réalité de la fiction).

Comme tout chef d’œuvre qui se respecte, et forcé de le reconnaître malgré moi, Kingdom n’est pas exempt de défauts. Que vous ayez de la sympathie ou non pour ces nobles animaux que sont les chevaux, vous allez probablement grimacer – ou sourire, ça m’est arrivé – devant leur design plutôt amoché. Car, vous verrez, ils ne sont pas souvent représentés sous leur meilleur profil… Haha ! Qu’importe au final. C’est un élément qui a relativement peu – voire pas – d’importance ! D’autant plus que, mis à part ce minuscule détail, les dessins et le coup de crayon de Maître Yasuhisa, son auteur, sont vraiment sublimes et frôlent la perfection sur quelques planches.

 

 

ArticleKingdom3
Sobre et en même temps tout en finesse !

 

 

Comme dans toute série/saga d’anthologie qui se respecte, l’histoire a certes un peu de mal à démarrer mais la mise en place des personnages en vaut la peine : on n’a pas cette impression, tenace parfois, d’inutilité que l’on peut avoir dans d’autres mangas (n’en déplaise à Naruto par exemple) ni de trop plein (à titre de comparaison, beaucoup moins que dans One Piece). Surtout, elle reste accessible aux non-initiés et il n’est jamais très compliqué d’en appréhender les faits (je salue ici l’Attaque des Titans et son script qui m’ont perdu plus d’une fois) ainsi que le contexte dans lequel on se situe ; et puisqu’on en parle justement, un rappel des événements nous est fourni entre chaque arc narratif, où la badass attitude est devenu la norme, et nous n’avons aucun problème à saisir les enjeux.

Comme dans toute bande dessinée qui se respecte au pays du Soleil Levant, notre héros (Shin en l’occurrence) possède – bien malgré lui – l’entière panoplie du cliché habituel : dynamique et pas très futé, mais qui suscite l’inspiration et force le respect. Pas toujours au fait des conventions et des codes de son époque, jamais la langue dans sa poche – ce qui mène souvent à des situations cocasses, mais généreux et guidé par des principes humains. Sans oublier une volonté d’acier. Car s’il y a une chose de sûre à propos de Shin, et on peut faire là le parallèle avec l’auteur, c’est qu’il sait ce qu’il veut ! Il sait où il va ! Et vous serez d’accord avec moi, ça aide vachement.

 

Petite anecdote amusante, vérifiée en ce qui concerne Kingdom : les personnages importants, ceux qui ont un « chara design » reconnaissable et qui comptent véritablement dans l’histoire, comme des généraux ou des hommes politiques, sont la plupart du temps plus grands que les autres, voire très grands pour certains. Si l’on peut s’en moquer ou en plaisanter quand on commence à lire le manga, on s’y fait assez rapidement et il faut avouer que cela leur confère une aura particulière ; à mes yeux et aux yeux de beaucoup d’entre nous, ces personnages n’en sont que plus classes encore ! Ce puissant gaillard ci-dessous prouve à lui seul à quel point ce raisonnement dit vrai.

 

 

ArticleKingdom4
ON VOUS SUIVRA N’IMPORTE OU, GÉNÉRAL OUKI !!! *groupie mode enclenché*

 

 

Aussi, regardez de plus près les couvertures des tomes. Ne sont-elles pas franchement réussies et carrément stylées ? Personnellement, je trouve qu’elles sont superbes ! Sobres, ce qui correspond on ne peut mieux au contenu. Elles n’ont font ni n’en montrent jamais trop. En fait, c’est exactement ça : on n’est jamais dans l’excès avec Kingdom. Tout est juste, à sa place. Parce que tout est mené d’une main de maître par l’auteur, qui, même s’il lui arrive de prendre quelques libertés (et il en a bien le droit étant donné que c’est d’abord son œuvre), n’en fait pas des tonnes et respecte les faits tels qu’ils nous sont parvenus, à travers les Mémoires historiques. Dans les grandes lignes du moins. Cliquez sur le lien si vous êtes curieux et que vous souhaitez en savoir plus (risques de spoilers sur le futur déroulement de la trame cependant).

 

Si je devais continuer de comparer avec d’autres mangas que je connais, je dirais que Kingdom se lit se déguste sans difficulté et ceci, croyez-moi, avec un plaisir inégalé ; on finit vite par se régaler et par théoriser dans tous les sens tellement cela en devient jouissif. Chaque passage est excellent et nous tient suffisamment en haleine pour nous donner envie de voir la suite. C’est bien simple, je le clame HAUT ET FORT : dans Kingdom, on ne s’ennuie pas une seule fois (contrairement à Bleach, dans lequel il n’y a limite que la partie sur Aizen qui soit remarquable).

Quant à l’échelle des puissances et de la force en général, concept incontournable des mangas de baston – expression à mettre entre guillemets, elle est correcte et ne tombe pas dans la surenchère. Là où d’autres mangas ont depuis longtemps franchi les frontières de l’ordinaire et ainsi rendus les affrontements toujours plus incroyables, donc plus forcés, parfois même jusqu’à atteindre l’absurde (Dragon Ball Z en est sans nul doute l’exemple le plus parlant)… Ce n’est pas le cas de Kingdom, qui sait rester logique en toute circonstance et qui, finalement, n’offre « que » ce qui est essentiel à son histoire : des corps découpés/décapités, des giclées de sang, la ruse/fourberie de certains personnages, des émotions fortes ou encore les plans tordus imaginés et les différents moyens déployés afin de vaincre l’ennemi. En gros, juste ce qu’il faut pour nous en mettre plein les yeux !

 

« Soit, c’est bien joli tout ça mais… Pourquoi tu ne nous dis pas plutôt, avec des mots simples s’il te plaît, ce qui rend ce manga si exceptionnel ? Le truc qui le démarque de ses semblables ? »

Mais voyons ! Kingdom n’a aucun semblable !! Oui, bon… C’est vrai que j’ai tendance à formuler de longues phrases et qu’il m’arrive de me perdre un peu en pavés (sans parler du fait que je commence à vriller puisque je me parle à moi-même), mais quand même ! Je vous ai donné de très bons arguments, non ?

« Va droit au but ! Et réponds à la question avec les mots qui te viennent là, tout de suite, sans réfléchir : pourquoi, BORDEL DE MERDE, Kingdom est-il le meilleur des mangas ?! »

Parce que Kingdom est la définition véritable et avérée du terme Badass. Non ! En fait, Kingdom est un synonyme parfait du terme Badass ! Kingdom = Badass, et je l’affirme depuis le début de cet article !!

Parce que ce manga est une putain de tuerie, genre littéralement, dont on ne se lasse pas. Parce que dans ce chef-d’œuvre, ce que je ne répéterai jamais assez, les notions de guerre (qu’elle soit physique ou psychologique), de géopolitique et de stratégie prennent tout leur sens.

Parce que Kingdom, de ce que j’ai pu lire jusqu’ici, est la quintessence du type seinen (des mangas plus matures souvent réservés aux jeunes adultes), un brillant exemple de réussite totale et un modèle que beaucoup devraient s’empresser de suivre.

Parce que ce manga nous raconte (avec intelligence et une grande efficacité) une époque importante, fondatrice même, de l’Histoire de la Chine : sans conteste l’une des plus riches et des plus passionnantes au monde, rien que ça ! On sent d’ailleurs que l’auteur maîtrise son sujet comme personne, ce qui n’est pas pour déplaire aux lecteurs accomplis que nous sommes.

Parce que Kingdom se révèle être une surprise géniale, une addiction qu’on a bien du mal à lâcher tellement on en redemande. Parce que Kingdom est une énorme claque que je n’ai pas vue venir (et je suis prêt à parier que je ne suis pas le seul 😉 ) et qui laissera automatiquement des séquelles. Parce que CE manga est absolument fou, une pure merveille, voilà qui est dit !!

 

Là.. ça vous va comme ça ? Ça vous convient comme réponse ?! *reprend sa respiration*

Maintenant, il faut le lire pour comprendre, pour ressentir tout ce que je viens de vous dire, toute cette intensité. Je pourrais en parler des heures et aller encore plus loin dans la critique… Mais en faire soi-même l’expérience, c’est mieux. Nettement mieux.

 

Ainsi donc, Kingdom est le meilleur des mangas. Le meilleur du moment ? Oui, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Le meilleur du monde, toutes catégories confondues ? Très très TRÈS subjectivement, j’ai envie de répondre oui à nouveau ; le plus objectivement possible, on n’en est vraiment pas loin. Le meilleur de tous les temps ? Il n’y a qu’un pas fossé à franchir afin de parvenir à cette conclusion. Qui sait… Peut-être qu’un jour, lorsque celui-ci sera entièrement terminé, nous serons en mesure d’approfondir le débat.

Pour moi, c’est certain, Kingdom est le meilleur des mangas tout court. Point final.

 

 

ArticleKingdom2
Alors, bande de péquenauds… Mes gars et moi, on vous attend de pied ferme ! Prenez votre destin en main et rejoignez l’Unité Hi Shin si vous l’osez !!!

 

 


 

 

Je vous mets un petit lien ici, si jamais l’aventure vous tente : https://www.japscan.co/manga/kingdom/

Honnêtement, je n’ai qu’un conseil à vous donner, et je vous dis ça en toute amitié : foncez sans hésiter !

 

Comme nos héros de Kingdom, puissiez-vous atteindre vos objectifs 😉

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :