Nouvelle : Celui qui m’observait (1)

Coucou les Rêveurs !

 

Avant de commencer à écrire mes petites histoires sur le monde fantasy que j’ai imaginé, je vais d’abord m’atteler à rédiger la romance que je garde à l’esprit depuis longtemps. Depuis que j’ai eu l’idée de me lancer sur ce blog en réalité. Je la coupe en deux parties étant donné que je manque de temps en ce moment.

Alors encore un peu de patience, amateurs d’aventures et de récits épiques, vous ne devriez plus tarder à trouver votre bonheur ! 🙂

Votre programme en attendant : un garçon qui flashe littéralement sur sa nouvelle voisine et qui n’ose pas faire autre chose que simplement la regarder. Avec délectation !


 

Celui qui m’observait (1)

 

L’hiver, rude, ennuyeux et stérile, était passé désormais. Le printemps, lui, rendant chaque année à la nature ses plus beaux apparats, allait bientôt laisser place à la saison suivante. L’été. Ma préférée d’entre toutes. Pas pour les mêmes raisons qui font que la plupart des gens l’espèrent toujours hâtivement. Non, non. Bien sûr, c’est censé être la saison chaude. Le soleil devrait se montrer, donc la météo devrait être clémente, donc le mercure devrait grimper, donc les activités en plein air devraient être à l’honneur. Ce qui signifie au final joie et bonne humeur. Mais moi, ce n’est pas tellement mon cas.

Non, moi, j’adule l’été à cause de motifs bien différents. Disons… Particuliers. Oui, c’est ça. Particuliers. Pour ne rien vous cacher, à mes yeux, saison chaude veut surtout dire tenues légères et chair mise en valeur. J’ai un peu honte de l’avouer, mais il s’agit à l’heure actuelle de l’un des seuls véritables plaisirs qui me soit donné et dont je peux profiter sans retenue. Je ne m’en excuserai pas cependant. Il ne fallait pas s’attendre à beaucoup mieux de la part d’un adolescent d’à peine quinze ans, qui a la tête remplie de pensées peu reluisantes et dont les hormones viennent d’entrer en ébullition. Enfin… Je suppose que je ne suis sans doute pas l’unique garçon de ma tranche d’âge à voir les choses de cette manière.

Voilà en gros pourquoi l’été est mon champion imbattable. Clairement ! Mais je ne vous ai pas tout révélé en vérité. Cette année, il y a une autre raison, une raison essentielle que je ne peux pas ignorer, qui me pousse à considérer que cette belle saison sera meilleure encore qu’elle ne l’a jamais été auparavant. Et, plus qu’essentielle, elle est divine. Je parle de ma nouvelle voisine ! Une créature aussi parfaite que toutes celles que j’ai pu croiser jusque là réunies. Et, je vous jure, ce n’est pas exagérer d’affirmer que j’en suis tombé amoureux dès le premier regard que j’ai posé sur elle. Ses magnifiques cheveux blonds, tombant sur son dos tels des fils de soie dorés, sa taille de guêpe à rendre jalouse n’importe laquelle de ses amies, le bleu-vert de ses yeux, qui rappelle les lagons turquoises qu’on peut admirer dans les Caraïbes, et son parfum fruité… Elle m’a complètement envoûté putain !

Je ne crois pas déjà lui avoir adressé la parole et, à vrai dire, je n’ai pas eu beaucoup d’occasions de le faire. Je me souviens très bien de la fois où je l’ai croisée, un beau matin avant de me rendre en cours. Comme si c’était hier. Alors que je descendais mon allée de garage pour déboucher dans la rue, je me rendis compte que j’avais oublié LE truc dont on ne pouvait plus se passer aujourd’hui, au vingt-et-unième siècle : mon téléphone portable. Évidemment, je me suis précipité chez moi afin de récupérer l’appareil en question et c’est à ce moment-là, quand je suis ressorti, qu’elle est apparue. Je l’ai frôlée en la dépassant, j’ai senti ma pression artérielle s’accélérer brutalement ; je n’avais qu’une envie sur le coup : celle de m’arrêter pour que l’on puisse discuter et faire connaissance. Mais mon envie fut moins forte que ma lâcheté.

Je me souviens très bien du regard en coin qu’elle m’a lancé et du petit sourire qu’elle a tenté de dissimuler en baissant la tête. Oh oui ! J’en avais attrapé des suées. Depuis cette fois-là, il ne s’est rien passé de plus que cette brève rencontre sur le trottoir que nous partageons. Étant donné qu’elle est ma voisine, j’aurais facilement pu essayer quelque chose. Huit mois s’étaient écoulés depuis qu’elle avait emménagée, ce qui me laissait un laps de temps suffisant pour me débarrasser de cette saleté de timidité. Je le sais, j’en suis conscient. Seulement, je n’ai rien fait. Tout bien réfléchi, quelle solution m’aurait permis de ne pas me ridiculiser ou paraître trop intéressé ? Qu’aurais-je bien pu lui raconter ? « Salut ! Je suis ton voisin, je fantasme sur toi et je me permets de te mater depuis chez moi ! »

Bah ouais… Autant profiter de ma proximité avec elle, d’une façon ou d’une autre. Je ne suis pas un pervers, OK ? Juste un gars sans aucune expérience dans ce domaine et qui n’a que peu de scrupules à observer la fille attirante qui habite à côté. D’ailleurs, j’ai appris à l’observer n’importe où, n’importe quand, sous tous les angles possibles et imaginables. Mais le meilleur poste d’observation que j’ai pu constater, ça reste ma maison. Notamment la cuisine, le salon et.. ma chambre ! Elle se situe exactement en face de la sienne. Lorsque je l’ai réalisé, je me suis dit : « Merde ! T’es quand même un sacré veinard ! » En sachant que je ne bouge pas beaucoup de ma chambre, c’est l’endroit idéal pour camper et rester à l’affût derrière sa fenêtre. Et entre nous, rien de tel qu’une journée chez soi, au chaud, à guetter le moindre mouvement de sa belle, de l’autre côté du jardin, sans que personne ne vienne vous déranger. Tout ce dont j’ai besoin dans ces cas-là, c’est de quelques provisions (une réserve de nourriture quoi) et d’un bon livre de science-fiction, si jamais je dois m’occuper plus longtemps que prévu. Parce qu’il faut dire que je me fais grave chier certains jours où il ne se passe absolument rien.

En huit mois de temps, vous vous doutez que j’ai eu de nombreuses occasions d’épier ses faits et gestes. Dès que sa silhouette gracile se manifestait, je n’étais jamais loin, comme un chasseur silencieux qui attend sa proie (l’image est peut-être mal choisie mais c’est la seule qui m’a traversée l’esprit à l’instant). Sérieusement, je pense pouvoir certifier que je connais le quotidien de cette demoiselle par cœur. Le soir, avant de m’endormir, je programme l’alarme de mon smartphone, une trentaine de minutes avant qu’elle ne se lève à son tour, pour être sûr de ne rien louper. Lorsque la sonnerie se fait entendre, à sept heures pile, je me dépêche d’aller aux toilettes afin de soulager ma vessie puis je reviens dans ma chambre et me poste à la fenêtre, prêt à capter les images qui vont suivre. N’allez pas croire que je la filme ou autre, ce serait vraiment flippant… Je me contente de mes yeux, c’est largement suffisant !

C’est vers sept heures et demi, parfois trente-cinq, en présumant qu’elle a pu avoir le sommeil agité, qu’émerge pour mon plus grand plaisir le plus joli des êtres du genre féminin, les paupières encore lourdes. Elle est alors vêtue d’un simple maillot, souvent de couleur blanc ou pastel, et d’une culotte toute mignonne que je n’arrive pas trop à visualiser d’où je suis. Haha. Je sens mes joues se teinter de rouge à chaque fois que j’assiste à cette scène du réveil. Je me sens légèrement coupable également. Mais, heureusement pour moi, cet état ne dure pas et je me replonge en vitesse dans mon « visionnage ». Après tout, il n’y a rien de mal à cela. Si ? De toute manière, comme on dit chez moi : pas vu, pas pris !


 

La seconde partie devrait suivre d’ici peu. Je vais m’y employer.

 

Merci de me lire et à la prochaine !

 

Puissiez-vous atteindre vos objectifs 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :