Envie d’écrire ! Oui mais… Comment bien écrire ?


Hi Dreamers !

*crie-t-il haut et fort*


 

L’envie d’écrire vous démange subitement, comme une contrariante piqûre de moustique (je sais, la comparaison est curieuse mais elle a le mérite d’être très parlante) ? Ou vous a-t-elle toujours démangée ? Vous rêvez de devenir auteur indépendant ? C’est super, ça ! Vous n’avez plus qu’à vous lancer maintenant !

Quoi ? Comment ça, vous ne « savez pas écrire » ? Pas d’excuse qui tienne, nous allons remédier à cela ensemble ! Laissez-moi juste le temps d’enfiler ma paire de lunettes aux verres démodés, de prendre ma voix de professeur léthargique et je suis à vous.

 

Bien écrire, c’est-à-dire ?

 

Il va de soi que lorsque je dis « savez pas écrire », je veux en fait dire « pas bien écrire », dans le sens « pas écrire correctement ». Et c’est d’une importance cruciale, que ce soit pour écrire un simple texte ou encore quand on a l’intention de raconter une histoire.

Oui, je ne vous apprends peut-être rien…. Mais un paragraphe, un passage, ne serait-ce qu’une toute petite ligne de votre texte bourrés de fautes, ça ne donne pas envie de vous lire. Vraiment pas ! Et c’est de cette façon que la personne qui écrit se retrouve, disons dans 98% des cas, automatiquement cataloguée, fichée, censurée par le lecteur, bien incapable malgré lui de vous prendre au sérieux. Bien écrire, c’est la base de tout auteur/rédacteur qui se respecte. Parce que celui-ci SAIT que son authenticité, sa légitimité en tant qu’écrivain, part de ce principe sacré.

Chasser les fautes d’orthographe, s’assurer de la bonne conjugaison des verbes et veiller à ne pas foirer la syntaxe, etc. Se conformer aux exigences de la langue française, qui je le conçois est assez compliquée, peut vite se révéler être un vrai parcours du combattant pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude d’écrire. Le vrai problème – et la solution – réside d’ailleurs dans cette dernière phrase.

Ne pas avoir l’habitude d’écrire est, sachez-le, une énorme erreur. Une erreur que beaucoup de monde commet en pensant : « On s’en fout ! Qui m’en voudra ? Je ne serai pas jugé pour mon orthographe ou pour mes lacunes en français, ce ne sont que des détails ! » … Et bien non, au contraire même. Nous venons de le voir précédemment, l’écriture est le premier contact qui lie l’auteur au lecteur. Comme en séduction, si vous ne faites pas bonne impression dès le début, vous êtes mal embarqués ! Pour prendre l’exemple opposé, c’est comme si un mathématicien ne savait pas calculer. Imaginez un peu. Le comble ! Embêtant n’est-ce pas ? C’est exactement pareil en ce qui concerne un auteur : si sa plume est mauvaise et qu’il ne sait pas écrire correctement, comment voulez-vous qu’il soit lu ?

Je vois venir les plus récalcitrants. « C’est bien beau tout ça, mon coco… Mais à l’heure actuelle et dans le monde d’aujourd’hui, les nouvelles technologies sont là pour nous faciliter la tâche. On a des traducteurs, des correcteurs d’orthographe, tout ce qu’il faut pour nous aider à mieux écrire ». Ce n’est pas faux. Et je ne vous contredirai pas là-dessus (personne ne le pourrait), Internet est devenu depuis une dizaine d’années un outil formidable, à utiliser sans modération ! Néanmoins, je suis quelqu’un qui fonctionne « à l’ancienne », quelqu’un de la vieille école qui préfère se fier d’abord à soi-même au lieu de faire aveuglément confiance à une machine. Car les machines, inventées par l’homme, rappelons-le, ne sont pas infaillibles. Voyez plutôt les résultats dégueulasses, parfois à vomir, de certains traducteurs sur le net. C’est dire…

Mais aussi et surtout, j’ai toujours considéré ma plume, donc mon orthographe, en constante recherche de la perfection, comme une fierté. Un atout en puissance dont je peux me servir à bon escient, pour me démarquer et montrer que je suis capable de rédiger un texte avec sérieux et professionnalisme. Ce qui plaît TOUJOURS, aux employeurs potentiels, aux intéressés, aux lecteurs quels qu’ils soient et où qu’ils soient dans le monde entier ! Vous l’aurez compris : le fait de soigner son écriture est non seulement la base fondamentale pour n’importe quel auteur qui souhaite écrire (à plus forte raison lorsqu’il s’agit de créer son propre blog et d’attirer une audience), mais c’est en plus un incontestable gage de qualité, dont vous pourrez vous féliciter et que personne ne pourra vous enlever.

 

Bien écrire, comment faire alors ?

 

*Croise les bras et se trifouille la moustache en attendant qu’un de ses élèves prenne l’initiative de proposer une réponse*

Il faut que j’arrête avec ce délire, ça devient grave 😀

 

Pour commencer à écrire « en mode sérieux », il faut déjà selon moi posséder de la matière dans le domaine. Suffisamment du moins afin de ne pas foncer droit dans le mur. Car il me paraît particulièrement difficile de réussir pour une personne qui n’a pas, dirons-nous, un talent naturel pour la rédaction. Et il est évident que ça l’est également pour une personne qui n’en a pas envie et qui n’y voit aucun intérêt. Un lieu inconnu et potentiellement hostile demande qu’on s’y aventure avec précaution. Écrire demande du temps, beaucoup de temps. Soyez sincères avec vous-mêmes, soyez sûrs de vouloir vous investir dans cette entreprise ! Posez-vous avant tout les bonnes questions : « Est-ce ce que je veux ? En suis-je capable ? ». Si vous répondez de façon positive à cette problématique, le feu devrait passer au vert et vous pourrez alors vous engager sans crainte.

Maintenant, il est encore possible de rencontrer des soucis au niveau de l’orthographe ou autre. Cela nous arrive forcément à vrai dire et cette situation se répète régulièrement, c’est même certain. Les plus grands auteurs, dont ceux qui ont le plus de succès et qui sont notamment connus pour leur(s) best-seller(s), n’y échappent pas non plus. Il y a toujours des mots (quelquefois très simples vous verrez) sur lesquels on coince, une conjugaison avec laquelle on n’en finit plus de patauger ou une règle bien barbante de notre chère langue maternelle qui nous met face à nos doutes les plus coriaces. Et oui, révélation de l’année : nous avons tous nos points faibles !

 

therockmeme
What the fuck are saying, man ?!

 

Moi, par exemple, je faisais sans arrêt une faute aux mots  » restaurant », que j’écrivais avec un E à la place du A, et « essence », que j’écrivais à l’inverse avec un A à la place du E. Allez comprendre pourquoi. Je n’ai jamais su l’expliquer ! C’était comme ça ! Depuis, j’ai résolu l’affaire en rectifiant le tir : j’ai retenu mon erreur, de manière à ce que, dans l’idéal, je ne la reproduise plus. En effet, le meilleur moyen pour se corriger est de savoir reconnaître ses erreurs, pour ensuite chercher à ne plus les commettre grossièrement.

C’est une priorité que vous ne devez pas négliger car vous prendrez sinon le risque de vous pénaliser à chaque fois que vous écrirez. C’est une circonstance que vous voulez à tout prix éviter et une perte de temps qui peut s’avérer agaçante. Et puis, il n’y a pas de honte à se l’avouer ! Admettre que l’on s’est trompé et l’assimiler est un chemin qui, je le crois, mène à la réussite et à l’amélioration de soi. Premièrement, vous serez plus performants ; et deuxièmement, vous aurez un avantage conséquent sur la suite des événements – événement qui s’écrit d’ailleurs avec un E accent aigu, non avec un E accent grave comme on le voit trop souvent.

Je vous conseille, si vous ne voulez pas faire les choses à moitié, de vous munir d’un dictionnaire et de le garder près de vous en cas de besoin. Et croyez-moi, vous allez en avoir besoin. Ce n’est pas mon grand-père qui me contredirait sur ce point ! A celles et ceux qui seraient allergiques au papier, sait-on jamais hein, vous pouvez consulter quelques sites spécialisés dans ce que vous recherchez. Moi-même, j’utilise systématiquement L’Internaute et Larousse, tous deux très pratiques quand il faut trouver une définition (par souci du détail, vérifiez bien deux fois plutôt qu’une, d’où le fait d’utiliser plusieurs sources). Et parce qu’il faut éviter d’écrire tout le temps les mêmes mots, j’abuse infiniment de Synonymo, qui est un véritable trésor de vocabulaire !

Vous avez déjà énormément de quoi faire avec ces trois-là. Si vous tenez à traduire d’une langue à une autre, je vous déconseille vivement d’utiliser le traducteur Google, sans doute le pire que je connaisse sur la toile. On ne peut pas s’y fier. Bien qu’il soit dans les premiers résultats, je ne vous recommande pas d’aller sur Reverso non plus. Trop approximatif et pas toujours juste. On en revient à Larousse, qui est plus pertinent que les deux cités précédemment. Vous pouvez vous en servir à volonté, sans redouter de vous faire .. *biiiip* .. entuber ! Non mais ! Vous pensiez à quoi ? 😎

 

childsurprised
Oh putain ! Il se croit drôle, le pauvre monsieur..

 

Concrètement, bien écrire, c’est…

 

Pour résumer le tout :

 

  • Présenter dès le départ des aptitudes solides et réelles si vous envisagez de prendre votre plus belle plume, ou commencer maintenant par vous entraîner à bien écrire en pratiquant (parce qu’il n’y a que par la pratique que l’on s’améliore).

 

  • Y avoir réfléchi au préalable et être certain que c’est vraiment ce que vous souhaitez faire, car bien écrire requiert patience ET dextérité (sans l’un ou sans l’autre, vous n’êtes pas prêts).

 

  • S’efforcer de s’appliquer et rechercher l’excellence, c’est-à-dire s’auto-corriger dès que vous en avez l’occasion pour ne plus refaire les mêmes erreurs et en retenir l’enseignement, car bien écrire exige rigueur et attention.

 

  • N’hésitez pas à adopter votre propre style également ! C’est un point que je n’ai pas abordé ci-dessus mais qui mérite qu’on s’y attarde. Les lecteurs apprécient l’originalité et la rareté, car bien écrire signifie aussi savoir transmettre passion et émotions.

 


 

Vous rêvez, ou rêviez, de bien écrire ? Vous hésitez peut-être encore à vous y mettre ? C’est défendable : beaucoup connaissent cet état d’esprit indécis et, finalement, ne font rien. J’ai connu ça. Défendable mais regrettable. Car vous passez assurément à côté d’une belle expérience.

Le déclic à avoir, c’est la motivation. Il n’y a pas meilleur cocktail pour se mettre en route. Et avec ces quelques conseils simples à suivre, c’est désormais possible pour vous aussi ! Ne vous ménagez pas surtout !

J’espère que cet article vous aura aidés, ne serait-ce qu’un petit peu, à y voir plus clair ! J’en suis satisfait en tout cas. Nous verrons prochainement comment bien se lancer.

Parce que peu de plumes, pourtant remarquables pour certaines d’entre elles, osent se lancer et c’est fort dommage ! Notre sphère nécessiterait d’être plus reconnue et plus fournie.

 

« Les paroles vont comme le vent ; les écrits restent. »

« Écrire, c’est hurler en silence »

 

Puissiez-vous atteindre vos objectifs 😉

2 commentaires sur “Envie d’écrire ! Oui mais… Comment bien écrire ?

Ajouter un commentaire

  1. Coucou. Alors là je me sens directement visée. Moi qui ai toujours eu envie d’écrire sans oser. En tout cas, sujet bien abordé avec humour. Il est vrai que l’orthographe c’est important. Un texte plein de fautes fait mal aux yeux et ne donne pas envie d’être lu. J’attends le prochain article avec impatience, il devrait m’interesser tout autant.

    Aimé par 1 personne

    1. Ravi que le sujet vous ait plu !

      Je pense que les gens n’osent jamais assez faire ce qu’ils ont VRAIMENT envie de faire. Spécialement lorsqu’il s’agit d’écrire.

      Alors je veux les pousser à s’engager, à réaliser qu’ils en sont autant capables que moi s’ils respectent les critères détaillés dans l’article 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :